La section 31

Périmètre et mots-clés de la section

Anthropologie Biologique

L’anthropologie biologique étudie l’évolution et l’adaptation des membres de la lignée humaine en interaction avec son milieu, à toutes échelles d’espace et de temps. Elle traite des performances, des propriétés physiques et sociales des membres de la lignée, ce qui peut conduire à prendre en compte certains référentiels non-humains. Le champ d’étude de l’anthropologie biologique a pour fil directeur l’étude des homininés. Son approche est diachronique (du Mio-Pliocène à l’actuel) et traite tant des structures que des processus concernant les individus et les populations dans leurs différentes composantes biologiques.

Archéologie

Le périmètre de l’archéologie au sein de la section 31 correspond, dans ses grandes lignes, aux périodes préhistoriques et protohistoriques. Dans les faits, en Europe, c’est le premier âge du Fer qui est la limite supérieure retenue (en vis-à-vis de la limite chronologique de la section 32). Le champ d’action de la section 31 concerne donc principalement les sociétés sans écriture. Cependant, de par les développements culturels et les phénomènes sociaux étudiés, certaines sociétés holocènes des mondes extra-européens (Amériques, Afrique, Asie…) parfois contemporaines de sociétés dîtes historiques sont aussi concernées par les travaux de la section. Les chercheuses et chercheurs relevant de la section 31 travaillent sur les productions, les techniques, les comportements et les expressions symboliques, d’une part pour établir les dynamiques évolutives depuis les débuts de l’humanité, d’autre part pour apprécier et qualifier la diversité sociale et culturelle. Des disciplines comme l’ethnoarchéologie sont également de son ressort.

Bioarchéologie et Paléoenvironnements

La bioarchéologie étudie les archives biologiques dans une double perspective paléoécologique et/ou paléoéconomique. Les techniques et les pratiques sociales et culturelles liées à l’exploitation des ressources biologiques, depuis les périodes les plus reculées de la Préhistoire jusqu’à l’actuel (ethnoarchéologie), sont au coeur des thématiques de la section. L’étude des paléoenvironnements, de leurs transformations, les changements climatiques et les interactions sociétés humaines/milieux, depuis le Plio-Pléistocène jusqu’à l’actuel sont également dans le périmètre de la section.

Géographie physique

La géographie physique s’intéresse à la dynamique spatio-temporelle des processus qui animent les milieux physiques, et leurs interactions avec les sociétés humaines. Elle comprend quatre principaux champs de recherche : la géomorphologie (dynamique des processus d’érosion, enregistrements morphologiques et sédimentaires des changements climatiques et de l’anthropisation, sans exclusion de contexte : des sources sédimentaires montagnardes aux littoraux, englobant les grandes vallées, les karsts, etc.), la biogéographie (dynamiques spatiales de la biosphère, intégrant la ressource en sol, et l’utilisation de la végétation comme bio-indicateur), l’hydro – climatologie (notamment les interactions entre l’hydrosphère – comprenant les océans et la cryosphère – la géosphère – les flux sédimentaires – la biosphère et les sociétés humaines), les reconstitutions paléo-environnementales (géo- et biochronologie, géo-archéologie). Les échelles temporelles sont variées. Les études sont menées suivant une certaine « épaisseur historique », qui peut aller de l’échelle du Quaternaire à l’échelle décennale. Des ouvertures sont possibles vers l’établissement de scenarii prospectifs (notamment à l’horizon 2100).

Mots-clés

– Archéologie pré- et protohistorique, Archéo-matériaux, Anthropologie biologique, Bioarchéologie, Ethno-archéologie, Géographie physique, Paléoenvironnements

– L’humain : des origines de la lignée à l’époque contemporaine, évolution, adaptations

– Sociétés préhistoriques et protohistoriques : cultures matérielles, systèmes techniques, économies, productions symboliques, organisations

– Milieux et sociétés du passé : territoires, peuplements, ressources, coévolutions, chronologies

– Milieux physiques anthropisés : dynamiques spatio-temporelles à toutes les échelles